Jeudi 20 juin 4 20 /06 /Juin 22:57

Le dernier Tata goudou sound system doit bien avoir deux ans….

Shame on me, et c’est pas faute d’avoir découvert une cargaison de jolis morceaux ces derniers temps.

Je suis généreuse, je te balance mes morceaux du moment petit lecteur

 

On commence avec une découverte récente. FAUVE. Au début j’ai eu du mal à m’y faire, mais genre vraiment, je comprenais moyen l’engouement. Puis je suis tombée sur ça, et là j’ai pigé le truc.

 

 

2ème morceau et non des moindres, « Glory » de Ryan Leslie. Une instru comme on en fait plus ou pas assez dans le HIP HOP. Un clip sans trop de chichi et de strings dorés métallisés.

Du bonheur dans tes oreilles.*

 

 

 

 

 

Viens  ensuite la reprise qui va bien.  Grande fan de Michael Jackson devant l’éternel, je suis du genre allergique à toute tentative de reprise, parce que pour moi, aucun élève ne pourra dépasser le maître ou même juste s’en approcher un peu.

Well, je disais quoi déjà juste au-dessus ?

 

 


 

 

 

Enfin pour terminer, ce morceau qui fait partie de la BO du film BLUE VALENTINE. On ne sait que peu de chose sur ce groupe, à part que la chanson aurait été enregistrée entre 1970 et 1975 par une jeune fille et ses 3 frères dans l’Ohio et aurait été retrouvée dans les archives d’une maison de disque 30 ans après. Pour la petite histoire, c’est Ryan Gosling, qui ayant entendu la chanson  (on ne sait pas trop comment hein)  l’aurait ensuite proposé au directeur musical du film.

 

Ryan, je t’aime. Vraiment beaucoup beaucoup beaucoup.

 

 


 

 

 

A mon tour maintenant petit lecteur de te demander de faire partager ta came !

Si t’as envie de me faire découvrir des morceaux, surtout fais comme chez toi !!

!

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


Par ptite Bestiole - Publié dans : TATA GOUDOU SOUND SYSTEM
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 8 juin 6 08 /06 /Juin 00:33

40506_432830147995_3235299_n.jpg

 

J’aurais aimé qu’ils s’excusent de n’avoir été que des bouts de ciel dans ma prison.

 

Tous.

 

 Chaque histoire de ma vie est identique à la précédente.

 

Et je m’en veux d’y avoir cru, de m’être posé autant de questions, d’avoir essayé de comprendre pourquoi on ne s’aime pas.  Pourquoi on ne s’aime plus.

 

Qu’ai-je raté ? A quel moment le regard change pour que je ne vois que le vide ?

 

J’ai pensé des jours entiers, des semaines, des mois, des années, j’ai cherché

 

Et il ne me reste finalement que des souvenirs, des jolis petits films que ma tête un jour finira par condamner

Parce que mon cœur boîte. Il vacille d’attendre son heure il s’essouffle de battre trop fort, trop vite.

 

Il pleut des larmes à l’intérieur. Elles ont ce goût amer des moments gâchés, des histoires avortées.

 

J’ai des bleus à l’âme  et des cicatrices en pagaille, des angoisses qui rongent mes os,  des peurs qui me font perdre l’équilibre.

 

J’ai rage, j’ai peine, j’ai douleur d’être dans cet état là.

 

Il n’y a plus rien qui bouge. Mon sang se glace, mes bras se referment peu à peu.

 

J’aimerais vous oublier.

Tous.

 

Que rien n’ai jamais existé. Ne pas me sentir souillée par ces kilomètres de mensonges et de promesses.

 

J’aurais aimé vous quitter. J’aurais aimé compter.

 

J’aurais dû m’enfuir. A chaque fois.

 

Je suis là, encore un peu.

 

J’attends.

 

Qu’on m’achève ou qu’on me sauve.

Par ptite Bestiole - Publié dans : LE PETIT CARNET NOIR
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 31 mai 5 31 /05 /Mai 22:21

 

Well, ok, le dernier article de cette catégorie, c’était il y a deux ans.


Shame on me.


Mais comme on dit, plus c’est long, plus c’est bon.


L’internet mondial reste une source inépuisable de découvertes pour moi, de clic en clic, je tombe sur des perles, t’as pas idée lecteur.


Et en plus, je suis limite insomniaque, et on le sait tous, le manque de sommeil t’enlève toute jugeote.


Pour cette nouvelle édition du « Grand n’importe quoi » commençons par ce merveilleux clip :

 

 

 

 


 

 

 

Je ne ferais pas de commentaires, j’ai encore les yeux et les oreilles qui saignent, mais fais toi plaisir lecteur.

 

 

 

Continuons avec ce génial site hadonejob qui prouve clairement que l’homme n’est pas l’être le plus intelligent au monde.

Le plus étourdi ou le plus bête; là ouai y’a débat.

 

 

 

Pour terminer, une petite liste non exhaustive des requêtes tapées sur Google et qui ont menées jusqu’à mon blog.

 

1

youporn femmes qui mangent la merde le voir gratis     

Dis donc toi, t’as pas un petit souci ? Ou en tout cas, des envies sexuelles peu communes ! Grand fou, ça doit être sympa une date avec toi !

 

 

fatal bazooka bijoux           

 Laisse-moi te dire que tu as  des goûts douteux

 

 

emballage cadeau the kooples

J’espère pour toi qu’il est moins cher que leurs fringues

 

 

 

 

 

rousse hips  

moi pas comprendre.  Et je suis brune d’abord.

 

 

comment tromper sa compagne     

 Fais un effort cher internaute, j’en ai fait un article. Cherche .Mais c’est pas joli joli hein.

 

 

aérer son appartement             

  Je dirais simplement en ouvrant la fenêtre, mais je peux me tromper

 

 

c'est pas comme si j'avais le choix   

 On a toujours le choix. Surtout si on sait faire les bons.

 

 

 

 

Je ne suis que joie et amour devant de telles perles. Et j’éspère avoir encore bien pire tu t’en doutes lecteur.


Dixit la meuf qui a failli se laver les dents avec de la crème dépilatoire il y a deux jours, tellement j’avais les yeux collés par la fatigue.


Winneuse un jour, winneuse toujours

Par ptite Bestiole
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 30 avril 2 30 /04 /Avr 23:51

good-things.jpg

Je suis et je resterai une fille profondément optimiste, j’y peux rien, c’est dans mes gènes.

Ou alors c’est de l’auto-persuasion et dans ce cas-là, ça marche vachement bien avec moi.


Il y a peu  , mon londonien préféré au détour d’une discussion nocturne dont nous avons le secret a eu cette réflexion  '' Certaines personnes n’ont pas de chance’’


Ça semble très bateau écrit comme ça, et pourtant …

On peut parler de hasard, de malchance, on vous dira que la roue tourne, que les choses changent, qu’elles évoluent, et nous avec.


Toutes ces phrases sorties du petit livre du bonheur, un PQ dénué d’utilité mais qui a le mérite de ne pas faire cadeau trop honteux à la prochaine pendaison de crémaillère à laquelle on vous invitera.


Je fais partie de ces gens qui accumulent les claques de la vie.


Ce n’est pas le fait de les subir qui me chiffonne, c’est surtout que je peux rien faire contre.


Est-ce que c’est une histoire de karma ? Ai-je tellement fait de saloperies dans une vie précédente, qu’il me faut payer mon dû dans celle-ci ?


J’aime la vie, je suis du genre à me réjouir des bonheurs les plus simples ; d’un sourire dans le métro ou d’un compliment bien tourné.


Quand tout va mal, plutôt que de faire subir aux autres ma détresse, je suis du genre à m’enfermer seule ou à faire la fête à outrance, pour oublier l’espace de quelques heures le fardeau que je suis obligée de porter.


J’enchaine les nuits blanches, les verres, les clopes et le reste pour bien me persuader que je suis vivante.

Je me salis, je m’étiole, je fais les mauvais choix pour sentir mon cœur me faire mal dans ma poitrine, comme pour légitimer mon état.


Je m’autorise à peine quelques larmes, en me répétant  en boucle qu’il ne faut surtout pas que j’ouvre les vannes, sous peine de ne pas pouvoir les stopper.


Je suis un bon petit soldat, toujours vaillant , prêt à sourire même quand à l’intérieur tout s’effondre, et que je sens mon cœur qui saigne goutte à goutte et qu’une boule de la taille d’un chaton m’obstrue la gorge.


Je sais bien que tenir sur les nerfs, ce n’est pas la solution. Que je me fatigue le corps et la tête avec.


Qu’il faudrait que je lâche du lest, que je m’autorise les chutes, que ce cri que je retiens sorte enfin de ma gorge.


Je sais tout ça, comme je sais que je ne pourrais pas tenir indéfiniment.

Il y aura bien un moment ou semblable à un château de cartes, je vais finir par m’effondrer, jusqu’à devenir une toute petite chose grise  aux pieds des autres.


Je continue à espérer  un chemin nouveau. A me dire que je tiens debout.


Qu’il y a des gens beaux dans ma vie, des gens que j’aime tellement que je ne voudrais pas qu’ils s’inquiètent ou qu’ils souffrent avec moi.


Des gens qui comptent, qui écoutent, qui consolent, qui me serrent dans leur bras, qui rajoutent de la couleur et des rires quand y’en a pas.


Des gens qui m’inventent des sourires et me confortent dans l’idée que ça va aller, que je peux lever la tête,  être fière de moi et avancer.


Des gens comme toi, Yann.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ps: Si, si, je vous jure que je suis optimiste comme fille... ;)

Par ptite Bestiole
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 15 avril 1 15 /04 /Avr 23:21

 

EDIT du 16 Avril: Apparement, chez Jooks, ils ont des couilles aussi grosses que des  cacahuètes, plus aucune trace du torchon sur leur site, ni sur la fanpage facebook

Bah alors Jooks, on assume pas?

 

 

Je me baladais gaiement sur l’internet mondial quand, au détour d’un clic, je suis tombée sur un article assez puant par les expressions qui s’y sont glissées, mais, je dois l’avouer qui m’a donné un petit gout de déjà vu/vécu

 

L’article en question se nomme « Compliqué : ces grosses qui ont un beau visage ». Oui, savourons déjà le titre tous ensemble petit lecteur.


Ce tampon usagé je l’ai trouvé sur JOOKS, site qui est loin d’être réputé pour sa morale et sa délicatesse, on est d’accord. (Je vis dangereusement, je clique partout quand je surfe sur le web, même pas peur)

 

Le 1er point gênant, outre le manque total de style du mec qui a écrit ça, c’est les clichés qu’il développe du début à la fin de son article. Petit florilège :

 

-   « Les gens gros ne sont ni des parias, ni des gens à part. Ce sont juste des gens qui ont trop mangé »

-   «  Vous n’avez jamais manœuvré un engin pareil »

-   « Dans le plan initial, il était plutôt prévu de se balader avec un petit colis au bras qu’avec avec une baleine. »

-   « Certains, plus open-mind, doivent doucement rigoler en lisant ceci. Affamés sexuellement, ils ne s’arrêtent pas pour quelques kilos en trop, même plusieurs dizaines. Ils ont la dalle, alors ils s’en branlent. Ce sont eux qui ont raison. Mais ce sont eux aussi qui baisent des moches, ou des vieilles. »


-  « Et franchement, on conseille d’y aller. Par humanisme et compassion pour cette fille déjà. »

-    « Il y a de fortes chances qu’elle compense ce mauvais corps par une activité charnelle décuplée »

Donc si je résume, tous les grosses sont des puits a bouffe sans fin, se balader avec une grosse au bras, c’est la hchouma et  y’a que les morts de faim qui nous sautent, et pour finir,  on est des nymphos car on baise tellement peu souvent que quand ça arrive, on donne tous ce qu’on a.

 

La petite pute qui a écrit ça n’a surement jamais de près ou de loin eu le bonheur de tremper sa ridicule petite queue aussi souvent qu’il l’aurai voulu.


Cet article est vomitif, non pas parce qu’il dénonce, mais par la façon de le faire.


En faisant des grosses une sous-catégorie de femmes bonnes qu’à ouvrir la bouche et les cuisses et qui devraient s’estimer heureuses qu’au moins on leur accorde un minimum d’attention.


Sombre connard.


Alors oui, dans ce texte, y’a une part de vérité. 


Pour l’avoir vécu, certains de vous messieurs êtes tellement bien conditionnés par les culs parfait que les médias vous envoient à la gueule qu’il est inconcevable pour vous de vous approcher de la baleine assise au bar avec les énormes seins

(énormes seins que vous allez mater une bonne partie de la soirée, après tout, une grosse , c’est comme une crevette, si la tête est bonne et les nichons idem, vous n’aurez pas perdu votre soirée)


Je peux même pas compter le nombre de fois où on m’a dit « t’es mimi, mais c’est dommage que tu sois si grosse »

Oui, parce que le fait d’être grosse, fait de moi pour certains et en tout cas pour l’auteur de cet article,  une lépreuse qu’aucun homme sensé n’approcherai de trop près.

 

A ces mecs, j’ai répondu bien souvent dans le même genre « t’es pas mal aussi, dommage que tu sois si con »

 

On ne peut pas plaire à tout le monde.

Je suis justement contente de pas plaire à ce genre de mec qui viendra se taper de la grosse, faute de se mettre mieux sous la dent ou parce qu’il n’a pas réussi à pécho le petit cul qu’il avait en ligne de mire.


Je suis contente de me dire que pour certains hommes, le sexe, c’est une question d’envie, de peau, d’odeur, de phéromones qui vont leur donné envie de nous prendre comme des dingues contre un mur et pas que le fait que mes fesses tiennent dans leur mains.


Je suis contente de me dire que mon  corps n’est pas une barrière à mon épanouissement sexuel et qu’être un boudin ne m’a jamais empêchée ni de séduire, ni de vivre des nuits de folies intenses, et pas qu’avec des fat admirer, bien  au contraire !

 

Je suis par contre désespérément choquée que ce genre de torchon d’article soit publié, que le petit con qui ai pondu ça n’ait pas pensé une seconde aux dommages collatéraux et à la jeune fille en surpoids de 16 ans qui tombera sur sa merde.

 

Ni à toutes les femmes  qu’il a blessé en décidant de publier son texte.


C’est un manque total de respect.


Et le respect, c’est comme le  reste ça s’apprend petit batard, toi t’as du passer plus de temps à te tripoter sur youporn qu’à écouter tes profs !


J’ai de la peine pour toi, vraiment.

Par ptite Bestiole
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés